Mais non, je ne vous ai pas oubliés. A peine l'autre petit lardon m'a-t-il lâché la gambette et cessé de me tapisser la toison de baveries sirupeuses qu'il faut que je retrouve mon petit bureau climatisé, finition acajou, garniture imitation satin, poignées en métal doré et tout ça. Je suis reviendu au travail, et oui, bon, faut bien gagner sa croute comme on dit dans les léproseries. Je le demande quand j'aurai à nouveau le temps d'écrire régulièrement dans ce bloug si la situation en Ossétie ne s'améliore pas rapidement, mais bon. C'est pas que j'ai rien à dire, notez bien, c'est que j'ai pas le temps. Y'en a des trucs à raconter, à commencer par les jeux olympiques des bébés qu'on pourrait inventer, c'est de saison, les concours de biberonnage fourbe ou de lancer de tétine. Mouais. Et aussi faudrait que je vous parle de tous les trucs nouveaux du Sigmund, ma parole, comme il a grandi depuis la dernière fois que vous l'avez vu, vous pouvez pas y croire tellement qu'il a changé ce couillon avec toutes ses nouvelles dents de tous les cotés, son QI surdimensionné d'animal de cirque et son aptitude surhumaine à couiner pour réclamer des M&M's.

Mais d'abord, parle à ma couche. Faut que je vous explique, sinon je vais encore oublier. Hein ? Quoi ? Mais nân, c'est pas une injure, j'étais pas en train de vous pourrir qu'est ce que vous croyez sans rigoler, j'ai pas que ça à faire d'insulter les quatre pelés (mytosil, trois fois par jour) et les trois tondus (arrêtez de coucher avec des allemands, aussi) qui baguenaudent sur ce bloug à la dérive en plein mois d'août au lieu de regarder les chinois faire la démonstration de ce nouvel ordre mondial qu'ils vont bientôt nous inculquer à grands coups de tongs dans la gueule. Pasque les chinois avec leurs jeux olympiques, c'est quelque chose hein ! Complètement autre chose que ce que nous présentent nos bons journalistes-commentateurs franchouillards de service, hein, rien à voir. Nân, c'est pas du tout le régime caricatural que nous débite à longueur d'antenne les sbires de cet autre régime caricatural dans lequel nous vivons, plus confortablement il ets vrai pour l'instant. Non,, ce que les chinois sont en train de nous montrer, c'est la réussite parfaite de la synthèse des deux régimes caricaturaux, un peu la version pailletée d'une purge stalinienne assumée par un businessman du pétrole texan. Le meilleur des deux mondes. La crème de la crème de notre futur. De comment qu'on va en prendre plein la gueule si l'on ne fait pas partie des happy few qui auront tout compris et tout collaboré à tout.

Comment qu'il va se magner d'apprendre le mandarin, le Sigmund, ça va pas traîner. Faut qu'il se dépêche de savoir dire "Y'a bon sinodollars" et "Merci pour la vaseline" en pékinois dans le texte. La canard laqué c'est l'avenir, faut pas croire. C'est pas l'andouillette grillée le plat du futur, qu'esse tu crois. Oh je vais te le dresser, tiens, allez les petits pots à la baguette, finito la cuillère. Encore que la baguette fasse partie de l'héritage maternel, faut pas que je dise du mal où je vais me retrouver avec des bouts de bambou sous les ongles, moi. Le Sigmund il a déjà des petits coins d'oeil bridé, mais va falloir mieux faire, hein, faut me jaunir tout ça, se préparer des lendemains qui chantent accompagnés par l'orchestre national de Shangaï. Et encore, je parle même pas de l'internationale des bébés chinois, tiens. Comment qu'ils doivent être organisés dans la fourberie, ceux-là. T'imagines ? Déjà par définition il savent ce que c'est une internationale, alors. En plus c'est des bébés. Autant te dire que si tu essaie de t'y opposer, t'es carrément plus foutu qu'une couche un jour d'épinards/jus d'orange. Ca m'étonne qu'à la cérémonie d'ouverture y'ait pas eu plus de bébés triomphants, tiens. Un tube de mytosil géant ça aurait eu plus de gueule que la boule d'édam avec les gars qui couraient dessus, mais bon. Mais qu'est ce que je raconte, moi, faut pas que je déconne. Je suis sûr que le Sigmund est déjà en cheville, si ça se trouve je suis surveillé.

Bon je vais pas m'éterniser, alors. Du coup j'ai oublié de vous expliquer le "parle à ma couche". C'est idiot, hein ? A croire que je le fais exprès.