Non mais je m'étais complètement gouré, hein, quand je pensais que nous nous étions tirés indemnes du piège diabolique des vampires suceurs de sang de bébé. Ah ah ah, macaque bonneteau, oui, j'avais du rater un épisode, passer à coté, louper le coche ou calfeutrer la mandibule. Le Sigmund qui s'était vaillamment battu contre les vampires sans vergogne à l'aide de flatulences à l'ail a du se faire mordre à un moment donné, pasque là franchement il a des comportements bizarres. Bien sûr je prétends pas qu'il se soit subitement mué en Princes des Carpathes, mais quand même. C'est pas non plus le genre à se transformer en chauve-souris, sauf pour les fientes qu'il lâche partout en voletant, mais y'a un truc, nonobstant que c'est pas vraiment un vampire pour de vrai. Même qu'on l'appelle Vampirou.

Ce truc, c'est le soleil. Sans rigoler, ce fils du Sud, cet enfant de la Méditerranée ne supporte pas les rayons de l'astre solaire, c'est-y pas croyable. Ah non, c'est vrai, le Sigmund n'est pas plus un enfant de la Mare Nostrum qu'un enfant des triades asiatiques, vu qu'il est né dans le XIIème à Paris, c'est plutôt un poulbot, un titi, un gavroche, le nez dans le ruisseau c'est la faute au douanier Rousseau, le cul par terre c'est la faute au boulevard Voltaire. Bon, mais y'a quand même du soleil des fois à Paris, entre 12h00 et 12h15 le 3 août dans les 1er, 2nd et 5ème arrondissement (merci M. Tiberi). Faut pas croire. Des fois même on bronze à Paris sur les terrasses, ou alors c'est la fumée des 4x4 qui se dépose, on sait pas bien, bref. Mais alors dès qu'il y a a moindre luminosité ambiante, le Sigmund se recroqueville comme un morceau de jambon millimétrique et racorni dans un jambon-beurre parisien. Sans rigoler, même des fois avec la flash de l'appareil-photo (oui, nous avons la faiblesse de prendre cet enfant en photo, mais rassurez-vous, c'est uniquement pour se moquer -nous encadrons les photos où il est le plus ridicule- ou pour publier sur ce bloug).

A la campagne, c'était le pompon. Déjà que c'était plein de boue, hein, en plus y'avait du soleil (un sympathique habitant de ces contrées rurales m'a confié entre deux rasades de tord-boyaux qu'il y avait un rapport entre l'ensoleillement démentiel de la campagne, la boue et toute cette herbe verte qui faisait mal aux yeux). En ballade au bord de la Creuse ("la Creuse, ça me creuse", slogan de l'association locale des restaurateurs creusois), le soleil d'hiver dardait avec candeur ses pâles rayons entre les arbres centenaires dont les longues branches lymphatiques trempaient dans l'onde courante, c'est vraiment con les arbres, avec le froid boueux qu'il faisait. A chaque passage que nous faisions entre l'ombre des arbres centenaires gna-gna-gna et la lumière éblouissante comme une ampoule de 40W au lieu de de 100W sur le chemin qui longeait la rivière, le Sigmund photophobe poussait un hurlement semblable à celui, tiens ça faisait longtemps, du bébé ptérodactyle qui vient de se rendre compte qu'il a commandé par erreur sur Internet un billet pour le concert de M'Pokora au lieu des délicieux pakoras qu'il se fait livrer habituellement par l'indien du coin, avec des bajis, un lassi, des dosais et du kulfi.

Chais pas. C'est normal que ce soit photophobe les bébés ? Ou alors il nous prépare encore une fourberie à sa façon ? Ou bien c'est son ascendance roumaine qui se manifeste, pourtant avec tout l'ail que consomme sa mère, c'est incompréhensible. Peut-être qu'il a une maladie rare comme dans la série sur la Une, là, avec le psychopathe à canne qui débite des conneries médicales incompréhensible, mais quand c'est qu'il fait reluire la chef de service, bon sang. Ou alors, c'est une grosse feignasse de bébé qui a la flemme de réduire le diamètre de ses pupilles pour ne pas être ébloui. C'est très possible aussi. Et moi qui ne rêve que de vacances perpétuelles et exotiques, de soleil guatémaltèque et de chaleur, et de cette luminosité intense de la Provence en été, quand l'assourdissant tintamarre des cigales résonne dans la pinède solaire. C'est malin tiens.
Je vais vraiment finir par lui acheter des lunettes de soleil au vampire miniature.