Ah ah ah ! Me voilà de retour, ayant vaincu l'hydre de la fribosque et la malédiction du point Kiala. Nân pasque mon point Kiala à moi, c'était un magasin pour bébés, comme quoi y'a aucun hasard dans la vie, aucun hasard. J'suis rentré l'air de rien genre pour acheter du mytosil et j'ai taxé la fribosque, j'ai couru, je l'ai rebranchée et miracle de la technologie moderne qu'elle est formidable, j'ai pu me connecter à la maison dans les conditions qui me sont nécessaires pour arriver à écrire ces inénarrables (de lapin) billets, à savoir mes pantoufles préférées, un verre de vouiski et un sale moutard qui chouine, ça me motive.

Enfin bon, ça a pas été aussi rapide que ça, quand même, vu le bordel que j'avais mis dans la configuration du réseau de la maison en essayant de trucs pour faire remarcher l'ancienne fribosque, la putain de sa mère celle-là, qu'elle rôtisse en enfer. Mais bon, à force de tâtonner d'une main et de calmer le monstre de l'autre, j'ai fini par vaincre le Charybde du firewall et le Scylla du wifi, j'te le dis, Veni, Vidi, Wifi. Jules César doit se retourner dans sa tombe, avec cette pauvre astuce, mais quand même moins que le truc avec Alain Delon, espère.

Bon, où que j'en étais déjà ?

Huum.

Moui.

Je vois.

Y'a du mou dans le damier. Forcément. Je vas rattraper tout ça.
A partir de demain je publie dans le futur des billets et dans le passé des photos relatives aux billets. Chouette idée, hein ?
Comment ça vous avez rien compris ?
N'allez voir, c'est fastoche. C'est surtout pour ceux qui liront après que ça va être coton.
Allez, demain on parle de pompes mêmes pas funèbres.