Y paraît que ce que mange la maman pendant le grossesse a une influence sur les goûts du bébé. Comme quoi par exemple si tu manges par exemple du fromage de chèvre pendant ta grossesse, ton fils il deviendra légionnaire aimera les salades avec du chèvre chaud, bien que ça pue comme les sept cercles de l'enfer ou comme la couche à Sigmund après un bonne diarrhée de brocolis. Ou alors genre tu manges de la tête de veau, et ben ton rejeton il t'en réclamera pour mettre dans son biberon des la maternité (si tu allaites, bon courage pour te beurrer les mamelles avec la gélatine). Moi je crois que c'est des conneries, hein, par exemple je suis né dans le Sud et j'aime pas l'agneau grillé, si c'est pas une preuve ça, bon. C'est pas que ça nous déplairait, hein, à mon amour-omnivore et à moi, d'avoir un Sigmund qui goute à tout, mais quand même faut pas déconner, y'a des trucs viets je sais même pas comment c'est possible (genre la mortadelle avec le cartilage dedans, là, en plus ça s'appelle du Zo-bi, franchement voir sa belle-mère fraichement présentée vous demander si vous aimez le zobi, ça vous scie n'importe quel futur gendre). Hum. Bref.

Pasque ce week-end (je vous refais pas l'explication du damier, hein, vous avez vu que je publie systématiquement en retard d'une journée, c'est pas grave, et puis ça vous donne l'impression d'être en avance sur votre temps, non, ça vaut le coup), on est allé dans un restaurant indien qu'il est trop chouette, mon amour-pas-touche-à-mon-nan et moi. On avait besoin d'acheter deux trois trucs qu'on trouve pratiquement qu'à la Chapelle pour style faire de la cuisine indienne à la maison, channa dhal et compagnie. Ah vouaye, pour ceusses qui se demandent c'est quoi la Chapelle, c'est le quartier indien à Paris. Pour ceusses que se demande ce qu'est Paris, c'est là qu'il y a la salon de l'agriculture. Et le salon de l'agriculture, c'est là qu'il y a un gars sympa en gabardine claire à qui j'aimerais bien serrer la main pour avoir fièrement rabroué un petit agité qui poussait tout le monde. Mais passons. De la cuisine indienne donc. A la Chapelle, c'est rigolo, surtout quand il y a la procession de Ganesh pour qui on pète les noix de coco (c'est le 31 août cette année). Mais je m'égare (du Nord, dans le coin).

A la Chapelle, il y a aussi un petit restaurant où l'on mange des crêpes de riz indiennes, des dosaïs, et des idlis (des trucs en riz à la vapeur), ce qui est plutôt rare ailleurs. Accessoirement, mon amour-enleve-ta-fourchette-de-mon-korma et moi y avons choisi le véritable prénom de Sigmund, ce qui ne fut pas de la tarte au quetsches du nan fromage, vu qu'on était d'accord sur pleins de prénoms, mais chacun de son coté. On a failli l'appeler Lassi Mangue finalement, mais mon amour-il-est-bon-ton-byriani préférait Lassi Rose. Autant vous dire que c'était juste. A cette occasion, on s'était promis de revenir tester les effets des épices indiennes, vérifier si les mètres cubes de plats épicés qu'on s'étaient enfilés allaient influencer le goût de Sigmund pour les dhals ravageurs, les pickles arrache-gueule et les piments farceurs en général. Faut dire qu'on se laisse généralement aller dans ces cas-là à de légères orgies genre reprendre un troisième dosa en dessert, en plus du kulfi que la vie de ma mère j'en ai jamais mangé d'aussi bon (pour ceusses... le kulfi c'est une glace de lait concentré sucré, à la pistache et à la cardamome, c'est comment dire crô crô bon).

Et ben que dalle. Sigmund a refusé de goûter au Dosa Pondichéry, la spécialité de la maison, avec la délicieuse sauce à la noix de coco qui te guérit instantanément des caries (elles partent en courant et en piaillant tellement c'est fort), il a refusé le dhal bien chaud et la sauce korma que la patron nous avait amené pour nous calmer le palais malmené. Foin des samossas, des bhajis, des pakoras et des vadaïs qu'on avait commandé en nombre. Quel petit couillon, quand même. Il n'a même pas gouté à mon Lassi mangue, ni au Lassi Rose de sa mère. C'était bien la peine qu'on fasse tous ces efforts. Et quand au kulfi, il s'était déjà endormi. C'est pas possible que ça soye mon fils. Et en plus si ça se trouve il aime le zobi.
On avait amené des brocolis, quand même, pour le nourrir en cas d'échec de la cuisine indienne. Il n'en a pas pas voulu non plus, et après il a vomi.
Je crois que la gastro est de retour.