Nân, nân, n'allez pas croire. Je n'ai pas ouvert le Sigmund avec un grand couteau comme une dinde de noël que l'on découpe, histoire de me calmer les nerfs. En plus, c'est même pas les dindes qu'on désosse, c'est les enfoirés de pigeons, ah zut j'ai dit plus de gros mots sur le bloug, c'est ma résolution pour la nouvelle année. Plus de gros mots ? Mais t'es dingue ou quoi ? Comment tu va faire pour écrire des trucs rigolos si tu ne recours plus à ce savoureux langage poilu ? Hein ? Tête de linotte, va ! La grossièreté c'est ton fond de commerce, avoue. T'en a besoin pour te la jouer papa qu'en a rien à foutre, alors qu'en fait la bisounoursie t'en a besoin comme tout le monde. Hé mais ça va pas ou quoi, voilà que ma conscience parle en direct sur mon bloug, les gens vont croire que je suis schizophrène genre Golum, ta gueule on t'a pas sonné. Ah ça va mieux, tu la boucles maintenant et tu me laisses en placer une pour raconter les aventures du mirobolant Sigmund, aka le chieur de bébé et le bébé chieur confondu en une seule masse compacte de mauvaise volonté et de fourberie retorse. La voilà ma résolution pour cette année, encore plus d'avanies et sanies sur le Sigmund de l'enfer. Bon. Et la paternité heureuse, je lui chie sur la gueule. Recta. Qu'est-ce que je disais déjà ?

Ah vouaye. Sigmund le désossé. L'autre petite fiente de bébé, là, commence à bouger grave dans les brancards, que si il continue c'est moi qui vais l'attacher à un brancard directos retour au sav des bébés, ah si seulement ce n'était pas un doux rêve. Donc, bon. Non seulement il se tient assis avec un genre de petit sourire en coin qui veut dire "assis, j'augmente la portée de mes jets de vomi radioactifs, tiens qu'est-ce que je vois là, ça serait pas un pantalon du réveillon, ça ? Ce moule-burne à paillettes, c'est la marque de fabrique de mon père prêt à danser toute la nuit sur Dancing Queen d'Abba pasque il a jamais compris les paroles... et beuaaargh, tiens dans la patte d'eph, ça te tiendra les mollets au chaud, et rebeuargh, tiens dans la braguette, au moins t'auras pas froid quand ton dargif trop gros fera exploser les coutures, t'as plus l'âge mon gros pépère". Et oui, il faut savoir qu'un seul sourire de Sigmund peut signifier tout cela. Quelle engeance. Il se tient assis, et quand tu essaye de le recoucher d'une bonne tarte dans la margoulette, il se redresse comme un culbuto dont il a par ailleurs la forme, tout ça à la force de ses petits abdominaux bandés comme des élastiques. Ou alors c'est la couche lestée qui fait vraiment culbuto, va savoir.

Sinon quand il est couché, il possède aussi une étonnante technique de retournement spectaculairement ridicule. Genre agiter les bras et les jambes dans tous les sens jusqu'à ce qu'un des membres se prennent dans au choix un pli du tapis d'éveil, la tête de tortue du même tapis, l'entrejambe de son père et hop en s'appuyant très fort il te fait un roulé-boulé genre plutôt boulet qui se termine sur le ventre, la tête enfouie dans la bave et les deux bras coincés sous le bide. Et là c'est un peu la bérézina de l'improvisation, pour s'en sortir faut râler jusqu'à ce qu'une âme compatissante vienne le délivrer, mais c'est pas trop gênant vu qu'avec la bave les cris sont étouffés, et franchement l'âme compatissante elle est à coté en train de masser ses cojones endolories alors elle en a un peu rien à faire des problèmes existentiels du bébé en train de s'étouffer avec une tête de tortue crétine (elle sourit tout le temps, jamais vu ça). Le seul point positif de cette position reste la facilité avec laquelle elle permet des dégazages dignes de l'Amoco Cadiz, pensez, les deux poings compressés sur le ventre, la zone culière dégagée, c'est parti pour le Versailles du gaz d'échappement, les torches de Lacq du proutage dévastateur, tout ça n'invite pas vraiment la bonne âme à s'approcher, hein, faut pas déconner non plus.

Mais le truc vraiment nouveau qui me donne envie de l'habiller avec un petit costume à paillettes d'acrobate de cirque (normal avec sa mère trapéziste), c'est son truc avec les pieds. D'abord il faut savoir que le Sigmund a des panards énormes genre il chausse presque du trente-sept c'est beaucoup pour son âge, c'est pas des pieds c'est des palmes. Un monstre. Ensuite, comme tous les bébés, il a une facilité à se plier les jambes pour se chopper les pieds et les porter à sa bouche, réitérant sa compression bidonnesque et la fameuse émission krakatoaesque de gaz intestinaux, c'est très rigolo surtout allongé dans le bain, un vrai cachet effervescent ce gamin (genre oxyboudine mais pour te dégager les sinus). Une fois dans cette position rigolote, il lâche ses pieds et les rabat avec violence sur la table tout en s'arquant comme un orque (le poissecaille, pas ceux du seigneur des anneaux, quoique) décidé à retrouver sa liberté pour faire une bonne affiche de film cucul le hareng. Profitant de l'élan ainsi (mal) acquis, il décolle son corps boudiné d'au moins cinq centimètres au-dessus de la table, je vous jure on dirait la navette spatiale au décollage, explosion comprise. Et il te répète ça vingt fois de suite en émettant des genres de petits hoquets, on dirait qu'on a un pingouin épileptique sur la table à langer. Manque plus qu'il nous combine ça avec les retournements et on aura le premier bébé à se déplacer en se roulant sur lui-même en lévitation.

Chais pas pourquoi, mais je la sens pas cette année qui s'annonce.