Oulala, comme le temps passe, on est déjà à la mi-décembre et j'ai pas encore eu le temps de dire tout le mal que je pense de Noël. Ben ouais quoi y'a pas de raison, chuis comme les autres, mouâ, il est de bon ton de conchier Noël et ses fastes merdiques, y'a pas de raison, hein. Noël, c'est le mal avec du brillant dessus. Noël ça pue le sapin, et j'aime autant vous dire que la quantité de sapin utilisée pour Noël c'est rien du tout par rapport à la quantité de sapin dont on se sert pour faire des jolis boites avec des poignées dorées, j'en sais quelque chose. Bon ok les deux ne sont rien par rapport à la quantité de sapins utilisés pour faire les si jolis meubles de notre ami le suédois, dont je ne comprends toujours pas les plans, mais bon. Noël, c'est nul, y'a qu'à voir sur internet quand tu cherches je hais Noël. Tu m'as compris tu m'as. Depuis que je suis devenu adulte (vers 31 ans), ben Noël ça me broute grave. Et encore, j'avais perdu un truc de vue, c'est que Noël c'est fait pour les enfants. Et je vous le donne en mille, qui c'est le couillon de service qui se retrouve affublé d'un enfant cette année ? C'est bibi. Noël avec un môme, j'y crois même pas.

Ah mais ouais cette année noël c'est spécial avec un Sigmund, c'est sûr. Déjà va falloir éviter que le petit lardon ne se retrouve déguisé pour faire plaisir à mon amour-cromeugnon, si je ne veux qu'on me ressorte pendant des années ces photos où je tirerais la gueule en portant dans les bras une réplique miniature du père noël, avec la tenue rouge, les bottines fourrées et la barbe blanche en vomi de lait. Deuxième point, va falloir que je me débrouille pour couper à la corvée de me déguiser en père noël, paraît que c'est des choses que les papas font (font font), mais moi franchement me coller du coton sur les joues avec de la super-glue, ça m'angoisse un tantinet, ou alors je veux bien faire le père noël de Renaud, ça oui il était plutôt sympa ("tête au carré !"). Bon ceci dit je vais peut-être pas y couper vu qu'il y a aussi mes beaux-neveux prévus au programme (ceux de la triade asiatique). La fête des enfants, la fête des enfants, tu parles. Qui n'a jamais vu un père noël en train de brandir un inhalateur à bébé pour asperger des enfants terrifiés de ventoline n'a encore rien vu ni imaginé de ce que va être noël dans la maison de Sigmund.

Autre truc, faut absolument que j'arrive à maîtriser l'avalanche prévisible de cadeaux made in China. Pour des raisons d'empreinte écologique, déjà, et surtout pasque rien ne file plus la gerbe que cette profusion indécente de cadeaux pour nos enfants surgâtés. Le Sigmund a une chambre plus monacale qu'un moine zen en retraite (méditation, détachement des choses terrestre, eau fraiche et brocolis), c'est bien, y'a pas de raison de changer ça. Je pense qu'il se contenterait de quelques papiers d'emballage colorés et que ça suffirait à son bonheur, mais je ne suis pas sûr que le premier noël de ce petit elfe tyrannique ne soit pas souhaité par une belle-famille complètement abusée (oooh, comme il est cro-mignon) sous la forme d'un cohorte de cadeaux tous plus bruyants et pelucheux les uns que les autres. Je vais pas faire mon francis Cabrette, mêêêê il me semble que petit j'avais pas eu tant de cadeaux que ça, genre un par noël, un qu'on convoitait (le méccano, bon sang, le méccano). Une année, j'avais juste eu une orange, pasqu'on était pauvre dans la famille. Une autre année mon cadeau c'était le tonton de Sigmund. Total arnaque.

Ah oui, pasque je vous dit que je déteste noël, mais en fait le seul truc bien de la veille de noël c'est qu'on y fête l'anniversaire du tonton de Sigmund. Du coup je me dis que je pourrais rendre la monnaie de la pièce de mon arnaque au cadeau de quand j'étais petit. Et si je lui offrais un bébé cette année au tonton, hein, à la place de la playstation qu'il a commandée, hum. Avec un ruban, un joli papier (étanche) et tous les accessoires (mytosil compris). Agad', c'est presque pareil, un bébé c'est des heures de jeu interactif en perspective, fais gaffe tu viens de te faire blaster au vomi par un alien de huit kilos quatre. Ca pourrait lui plaire, qu'est-ce que vous en pensez ? Je ferais d'une pierre deux couilles, un petit frère heureux et je me débarrasse du boulet, c'est tout bénef. Et pour noël prochain, je me casse au Guatémala.
Je déteste noël, que je vous dis.