Non mais voyez-vous ça, voilà-t-y pas que le petit fourbe qui vient juste de passer le cap des six mois a décidé comme ça de se laisser pousser des dents. Sans rigoler, des dents. Non mais vous voyez le tableau ou quoi ? Qu'est ce qu'il veut faire croire celui-là, qu'il grandit ? Qu'il est grand ? Non mais n'importe quoi. C'est quoi ce bébé qui veut nous faire croire qu'il va devenir un petit garçon ? On n'est pas chez chez mémé. Peut-être c'est pour coller avec le coté Ourson des cavernes fils de Rahan, les dents du tigre et le collier tout ça. Mais bon, tout ce qu'il risque de gagner, le Sigmund masticateur, c'est que je lui fasse sauter les dents d'un double mawashi-dans-la-colle pour ajouter à mon collier et pouvoir me vanter à mes réunions tupperware-dents de sabre (on s'échange des recettes du temps des cavernes, on fait des blagues positivistes et on termine généralement après l'ingestion d'alcool de castor par faire une comparaison de çui qu'à le slip le plus moulant). C'est vrai quoi les dents c'est utile pour déchirer un cuissot de mammouth, un cuisseau de Graoumrph (le connard de la tribu de la rivière qui s'était égaré sur notre territoire, le gros naze, comment qu'on lui a fait sa fête) ou des bouts de bois (genre pour faire un épieu durci au feu, faut vraiment tout vous expliquer).

Nân mais c'est vrai quoi, comme si ça suffisait pas qu'il nous griffe régulièrement le visage, maintenant il va aussi pouvoir nous mordre. Déjà qu'on m'appelle Agato le balafré dans les réunions rapport aux estafilades cruelles qui parcourent nos avant-bras et nos frais minois de parents pas habitués à attacher les mains de leur rejetons dans son dos à chaque fois qu'on s'approche (je pourrais acheter des menottes, ça pourrait être pas mal, genre intervention de police pour chaque changement de couche, je suis sûr que la maman de Sigmund serait d'accord). Des fois que vous l'auriez pas vue, je vous signale que "Agato" c'est une blague. Bref. Ouais, donc. Maintenant il va pouvoir nous mordre ben ça promet c'est carrément la nuit du retour des bébés morts-vivants bouffeurs de cerveaux la casbah avec les nouvelles dents de Sigmund. Chais pas ce qu'il faut faire, moi, faut lui limer les dents ou quoi ? C'est ça ou on va y laisser des morceaux de barbaque à chaque moment d'inattention, je pressens. C'est vrai, quoi, on parle de la diversification alimentaire, mais c'est à quel âge qu'on peut tarter ses rejetons ?

Non mais franchement, se laisser pousser des dents, c'est pas un caprice inexcusable ? C'est quoi cette nouvelle mode ? Encore un coup fourré de ces crétins de jeunes qui ne savent plus quoi inventer pour se différencier les uns des autres dans un même conformisme bêlant de fausse révolte. Se laisser pousser des dents, n'importe quoi, est-ce que je me laisse pousser des ongles de pieds, moi ? Ou chais pas quoi d'autre qu'on laisse pas pousser d'habitude, genre les poils des oreilles ou le nez. Vas-y Sigmund laisse-toi pousser le nez pour voir si c'est pas mieux que les dents. Ah non chuis con, le nez c'est à l'adolescence et vu l'héritage familial tu va souffrir à cette époque là, avec ton nouveau pif comme un brise-glace alors que ton visage sera encore celui d'un enfant. Avec des dents. Mouais. En fait les bébés c'est comme les vampires, c'est quand les dents poussent qu'il faut commencer à se méfier. C'est le moment où ils deviennent pénibles à réclamer du lait ou du sang, à vouloir sortir de leur lit ou de leur cercueil et à émettre des grognements relous ou des hurlements à glacer le sang (enfin, pas trop glacé s'il vous plaît, juste frappé).

Enfin, au moins mon appareil photo trop perfectionné qui s'ajuste pile-poil sur les sourires pourra enfin fonctionner, vu qu'il repère la blancheur du sourire pour se déclencher et qu'avec le Sigmund il ne se déclenchait que quand l'autre ersatz d'escargot bavait suffisamment pour que sa salive brille sur son menton. Oui, peut-être. Même si on n'en est pas aux sourires ultra-brite, hein, pour l'instant il a une demi-dent et une micro-dent, en bas. C'est pas avec ça qu'il va nous la jouer dandy du piano à touches blanches ou Clark Gable de la ratoune, le bébé amateur, là. Fonctionnellement, on dirait que ces deux minuscules petits dents pointues ne sont là que pour te composter l'innocent doigt de papa occupé à te fourrer du polysilane plein l'entonnoir à gavage. D'ailleurs, c'est comme ça que j'ai su, hein, quand sa petite dent a transpercé mon index de part en part et que tétanisé de douleur, incapable de comprendre ce qui m'arrivait, j'ai vu son sourire railleur qui me disait "surprise !".
Vous avez dit fourbe ?