Ah ça le Sigmund, le moins qu'on puisse dire c'est qu'il a l'humeur changeante, hein. Des fois tu lui fais des trucs qui le font rigoler aux éclats et genre dix minutes après il s'en tape comme de la première vertèbre brisée du cou de Lola la girafe. Genre tu cries comme un fou dans la salle de bains, hé vient voir ce qu'il fait maintenant et paf quand ton amour-sublime-du-calin déboule l'autre petit morpion fait la momie qui bronche pas. Quelle engeance. D'un autre coté, nous aussi on a l'humeur changeante alors je vois pas pourquoi un bébé l'aurait pas, hein. Moi aussi je passe d'un humeur grognonne le matin à une humeur morose au boulot, puis d'une humeur sombre à midi à une humeur dépressive l'après-midi pour retrouver mon habituelle humeur râleuse le soir avant de me coucher d'humeur dégoutée (de devoir recommencer le lendemain). Donc le bébé il a le droit de changer d'humeur si il veut. Voilà. Sauf que là des fois on se pose des questions quand même, mais bordel mais qu'est-ce qui lui passe dans la tête à ce bébé à gros boulard ?

Il faut savoir que Sigmund est un bébé chatouilleux. Si tu lui choppes le pied et que tu gratouilles dessous assez vigoureusement, il a des réflexes qui ne trompent pas, genre remuer la jambe comme un taré et essayer de te latter la gueule avec l'autre pied en gigotant tout son petit corps. Et bien sûr il se marre comme une baleine, avec un espèce de rire sadique qui n'est pas sans évoquer le cri d'un bébé ptérodactyle. Ouais je sais le cri d'un bébé ptérodactyle personne ne l'a jamais entendu, mais bon le rire d'une baleine non plus et on en fait pas tout un fromage de Savoie, hein. Bon. Et d'ailleurs des ptérodactyles j'en ai déjà vu dans Jurassic Park 19, alors hein, ça fait un cri genre huuuuiiiarrrrkkkk, exactement comme Sigmund mais en plus fort. Bref. Le rire de Sigmund il n'a pas l'air sadique pasque il ressemble au cri d'un bébé ptérodactyle (oui pasque bon les bébés ptérodactyles sont pas sadiques en vrai, bien sûr, ce sont juste des animaux qui sont nés avant l'époque du Marquis de Sade alors forcément ils ne peuvent être sadiques, non, ils sont brahahurmiques, du nom de ce stégosaure libertin du Trias qui explora toutes les formes non conventionnelles et dangereuses de relations charnelles, notamment la sodomie de tyrannosaure -pas de la tarte aux quetsches, celle-là- et le 69 de diplodocus), non, il a l'air sadique pasque il s'arrête net.

Pasque bon ça fout les jetons : t'as un bébé qui rit aux éclats et qui s'arrête d'un coup pour te regarder d'un air de reproche en fronçant les sourcils (qu'il a fort épais), c'est un peu glaçant comme effet. Et c'est comme ça pour tout, il rigole, il rigole, et plaf d'un coup il s'interrompt pour te regarder de l'air scrutateur d'un juge en train de te condamner pour avoir laissé tomber l'éprouvette qui contenait le dernier oeuf fertile de ptérodactyle trouvé dans un glacier de la rue mouffetard. Moi je croyais que quand t'étais chatouilleux, t'étais chatouilleux, hein, que c'était impossible de passer instantanément d'une tête de clown hilare à celle de Léonid Brejnev le jour où il s'était cogné le pied dans une table de chevet ostensiblement contrerévolutionnaire (vous ne connaissez pas cette anecdote ? C'est normal, je viens de l'inventer). Je veux dire, moi qui suis très chatouilleux, si un couillon m'effleure le dessous du pied il se retrouve aussi sec avec ses dents dans un mouchoir, hein, comme l'osthéopathe-à-l'ail, cette inconsciente. Ben Sigmund, non. Il peut rester stoïque comme Léonid Brejnev le jour où son slip Lénine a été bouffé par un ptérodactyle nain ressuscité par Lyssenko (cette anecdote est authentique), même après avoir rigolé comme le bossu de notre-dame pasqu'on lui chatouillait sous les bras.

La vie est décidément pleine de mystères insondables.