Combien de fois ai-je utilisé cette délicieuse métaphore dans ma vie, hein ? Combien de fois ? Pfff, un paquet je dirais. Généralement pour traduire une légère perturbation de mon sens de l'équilibre par l'absorption de breuvages alcoolisés en quantité trop importante. Beurré comme un petit Lu le papa de Sigmund. Les dents du fond récurées à l'alcool à brûler, le citron vert qui fait le yoyo, les pieds emmêlés dans les jambes, le gyroscope en chute libre, les amygdales en vrac au kilo. Ben ouais. A chaque fois, à chaque fois que l'ivresse m'a gagnée, qu'elle soit invitée ou traîtresse, j'ai grommelé la même phrase (enjolivée de jurons choisi en fonction de l'assistance), "putain j'ai les sourcils qui poussent, bordel de pute à cul". En vérité je vous le dit, c'est ainsi et pas autrement.

Et voilà que ce petit super-fourbe de Sigmund me dépossède de ce délicieux cliché de mon package de mec à la coule, comme ça, mine de rien, après m'avoir également volé ma fierté masculine (essayez donc de la conserver à la caisse du Franprix lorsque votre pack de bière est caché sous un paquet de couches, hein, ou bien que vous ouvrez votre sac pour filer votre numéro de portable à une belette prometteuse et qu'un tube de mytosil en tombe, vous m'en direz des nouvelles). Bref. Ah ça, on a beau essayer de faire le malin en se la jouant nouveau papa-père moderne, mais quand on a du caca plein les mains, du Polysilane dans la bouche et la moitié du nez emporté par un coup d'ongle, on se la range vite fait dans le calbard la fierté masculine et on soupire après le bon vieux temps de la séparation des tâches mais bordel fait le taire ce gosse que je puisse lire mon journal tranquille, c'est un monde tout de même.

Qu'est-ce que je disais ? Ah ouais. Non seulement content de m'avoir fait abdiquer toute fierté, et rendu aussi dynamique qu'un escargot neurasthénique myope qui aurait confondu une boite de valium avec une feuille de salade (ouais bon elle est pas super ma comparaison, mais je suis fatigué je vous dis, et si ça se trouve ça existe parfaitement des pharmacies/épiceries pour escargots, d'abord) en brisant mon sommeil, ma patience et mes roupettes réunies, ce petit sconse roublard de Sigmund a réellement commencé à se faire pousser les sourcils. Evidemment, pas en se murgeant au lait fermenté, hein, ni en se faisant refiler en douce par un membre du foyer familial qui lui veut du bien une bonne rasade de punch planteur dans son biberon du soir pour voir si des fois ça le calmerait pas un peu pour genre deux/trois jours. Non, rien d'alcoolisé dans ce poussage de sourcils là.

Non mais vraiment, hein. En moins de temps qu'il n'en faut à un père beurré pour se rendre compte qu'il a enfilé un body à l'envers (les boutons pressions sur le dessus de la tête) en croyant que c'était un pantalon, le petit Sigmund a les sourcils qui ont poussé, littéralement. Juste avant on aurait dit, chais pas moi, une boule de billard qui a fait une chimio, et hop en deux jours, on a eu Henri Emmanuelli dans les bras, je vous jure ça fout un choc. Je dis Henri Emmanuelli, hein, mais ça pourrait être n'importe lequel de ces inénarrables poilus de l'arcade qu'on voit de-ci de-là se pavaner avec leurs insolentes moumoute à volant sur le pare-choc. Genre Emmanuel Chain ou Claude Allègre. Ah non, pas Claude Allègre, c'est un con. Qu'importe. Bon j'exagère pour le Sigmund, il est pas aussi poilu que ces vieux mammouths laineux blanchis par la toundra médiatique. Il a des mignons sourcils de bébé ragondin, c'est très chou. A peine un duvet de petit canard qui hurle ourle délicatement son arcade délicate à la peau si fine. Enfin bon, c'est mon amour-à-subjectivité-renforcée qui le dit, hein, moi je trouve plutôt que ça lui file un air de gangster quand il fonce le front ce couillon, genre un Al Capone de cinq mois en body rose qui te braquerait avec une mitraillette pour avoir son bibi et plus vite que ça, crevure.

Ouais pasque sinon, le Sigmund commence à manifester quelques signes de vouloir influer plus bruyamment fortement sur le déroulement des évènements de sa vie, par le biais notamment de l'expression sonore de sa désapprobation manifeste. Genre rends-moi ce bibi immédiatement ou tes tympans sont morts.
Je sens que je vais avoir les sourcils qui poussent dans pas longtemps moi.