Ah ouais, même que c'est mon anniversaire aujourd'hui. Bon, nul besoin de s'étendre sur ce fait divers douloureux qui chaque année me claque dans le beignet combien je perds ma vie à la gagner. J'me fait ma petite déprime annuelle et ça passe. A coup de cocktails si nécessaire. Non, mais le vrai anniversaire, c'est plutôt celui des débuts de Nom de Code : Sigmund. Ah ça oui ça me fout un sacré coup de bourdon juste là, entre les deux yeux. Bah oui, hein, pasque quand j'ai rédigé les premiers billets franchement j'y croyais pas vraiment au coup du bébé, je croyais que tout ça n'était qu'une vaste rigolade, un coup de bluff, une caméra cachée avec pleins de gens sympas qui allaient surgir en rigolant "Hé regarde la tronche que tu tires quand on te dit que tu vas être papa, non mais sans déconner, t'as l'air d'avoir avalé un beignet fourré au mytosil".

Mon cul la caméra cachée, tiens.

C'est pire que X-files en réalité, les Mulder et Scully y z'ont toujours le doute à la fin pour savoir si les traces brillantes ont vraiment été laissées par un alien ou pas, genre l'analyse adn montre des éléments inconnus sur terre, mais Mulder il est pas sûr et Scully elle était bourrée. Tandis que moi y'a pas de doute sur l'origine des traînées brillantes qui maculent (mais comment veux-tu, excusez-moi, je peux pas m'empêcher dès qu'il y a une rime en -ule) mon beau falzar et mon pull tout neuf que j'ai eu pour mon anniversaire. Je sais bien de quel genre d'Alien baveux et lactivore elles proviennent hein, pas besoin de monter un truc qui fait coin-coin-coin-(coin-coin) comme dans rencontre du troisième type, me suffit de repérer les pouic-pouic de la girafe et je te le trouve moi l'Alien. Baveux. Edenté. Terrifiant.

Bon c'est pas tout ça, hein. J'aime pas ça les anniversaires.

Bon anniversaire mon cul, oui.