"Bonjour, madame, tout d'abord est-ce que vous avez un remède contre la fourbitude ?"

Non pasque c'est vrai quoi. A chaque fois qu'on a vu la pédiatre, c'était pour faire des conneries de vaccins et autres mesures de courbes totalement inintéressantes, et une fois pour se faire prescrire des séances de tortures kinésithérapiques. Et puis pour blablater à fond la caisse sur des trucs que j'y comprends que pouic, genre le fluor, les fontanelles et lait maternisé qui donne des gaz. Alors que bon le coeur du problème avec ce bébé Sigmund, c'est bien la fourbitude naturelle dont il fait preuve et qui mériterait qu'on lui tartine les mains de mytosil (pourquoi les mains ? Hin hin hin. Pasqu'après il les porte à sa bouche) pour se venger sommairement. Donc là du coup, comme j'allais tout seul chez la pédiatre, appelons-là Mauricette pour l'instant, je m'étais bien préparé à poser la question que mon amour-faut-pas-déconner-avec-les-toubibs m'avait fait ravaler à coup de bavoir la dernière fois.

"Bonjour, madame, tout d'abord est-ce que vous avez un remède contre la fourbitude ?"

Ah la vache, d'abord Mauricette elle a fait semblant de pas comprendre ma question et elle commence à ausculter le Sigmund dans tous les sens pour voir s'il est tonique et tout ça. Tu parles qu'il est tonique l'autre soudard des landaus. Il a commencé à lui mettre le bronx sur sa table d'auscultation en envoyant valdinguer le stéthoscope et le bassinet à coton d'un solide coup de pied, genre me fait pas chier mémère, t'es beaucoup trop vieille pour moi, mais je t'emballe tout ça dans mon fameux sourire tranche de pastèque et hop voilà, elle dit rien, merde on aurait du prendre un pédiatre homme, les femmes elles se font toujours posséder par ces sales morbacks, qu'est-ce que je disais. Chassez la fourbitude, elle revient au galop (en rampant). Donc du coup j'essaie d'insister un peu...

"Vous êtes sûre que vous n'avez aucun remède contre la fourbitude ?"

Mauricette me regarde avec l'oeil indécis de celle qui ne sait pas quelle décision prendre (ce qui tombe plutôt bien). Contre la quoi ?
Aaaah d'accord, elle fait partie du grand complot de la fourbitude des bébés, j'aurais du m'en douter, c'était évident que les sales bébés avaient des alliés objectifs dans les rangs des adultes, et qui mieux que les pédiatres peuvent être à même de vous compliquer autant la vie qu'un bébé, hein, qui mieux. C'est quasiment sûr qu'il était en conversation radio juste avant qu'on entre. "Oui allô Mauricette, c'est Sigmund, j'arrive avec mon père, là, je t'avertis il est un peu relou, il se doute de quelque chose va falloir me le fourbiriser un max. roger. Oui ici Mauricette, pas de problème je vais te lui coller quelques bonnes ordonnances, ça va le calmer. roger. Ok, ici Sigmund. roger. Oui ici Roger, à vous. Over. Ah non pas Over, Sigmund. Allô ? C'est Mauricette, Roger, raccroche ce téléphone. Mais j'ai pas entendu un bébé qui parlait là ? C'est qui sur la ligne, là ? roger. Ah tu vois ! Il m'appelle Roger en plus. Non écoute, ce n'est pas ce que tu crois. Sigmund, Over. roger. Oui ?" bon sinon à part que le mari de Mauricette s'appelle Roger et se bourre de valium en permanence, je suis sûr que Sigmund et Mauricette étaient de mèche avant qu'on entre dans le cabinet.

"La fourbitude, madame Mauricette, la fourbitude, vous ne savez pas ce que c'est, peut-être ?"

A ce moment là, elle a vaguement feuilleté son dico médical, marmonné quelques trucs, ricané en douce avec Sigmund. La conversation est tombée comme une couche trop lourde dans le conduit du vide-ordure. On s'est regardé tous les trois, et y'en avait un qui bavait pour essayer de donner le change. Mais j'ai vu clair dans leur jeu. Tu parles. Puis ça a pas raté, j'ai eu droit à des ordonnances à tire-larigot pour bien nous pourrir la vie en nous faisant faire des trucs idiots dans nos quelques heures de temps libre hebdomadaire, genre une ordonnance pour faire une radio du bassin, n'importe quoi. J'ai rien dit, j'ai serré les dents, j'ai payé les honoraires avec une valise de billets. J'ai remballé le Sigmund et je suis parti à reculons dès fois qu'elle essaye de me planter une toise à bébé dans le crâne. Mais une fois dans la cour, j'ai hurlé "A bas les bébés !".
Je l'ai vue qui ricanait à la fenêtre.

Dire que j'y retourne dans un mois.