La Marmotte est un animal merveilleux qui passe son temps à dormir. Bon c'est l'idée qu'on en a, hein, pasque en vrai la marmotte c'est comme tous les rongeurs, c'est légèrement agité du bocal et ça passe à courir partout pour trouver des trucs à ronger ou des conneries à faire (c'est très farceur les marmottes). Ou même des fois elles courent pour plier du papier alu, mais bon. Donc les marmottes sont des rongeurs comme les autres, mais depuis leur découverte par Alexandre-Benoît Marmotte en 1346, on sait pas bien pourquoi mais les marmottes sont classées comme les animaux les plus ronfleurs de la création. De la création de quoi, je ne sais pas bien, c'est juste l'expression. Ah oui, mince, un truc de bible c'est, religion et tout ça mais ça me saoûle, j'ai pas envie de réfléchir. Oui donc les marmottes elles dorment tous le temps dans leur pitis terriers tous mignons, tous bien aménagés avec des kitchenettes et des tours à bois (pour faire les trucs à ronger).

J'aimerais bien être une marmotte.
Non vraiment.
J'ai crô sommeil de la mort, c'est la faute à Sigmund. Si je veux tenir le coup maintenant faut je me dorme avant dix heures du soir sinon après je ressemble à une marmotte qui a rencontré un chasseur. Ah non, c'est un lapin. Enfin ça change rien, hein. Marmotte ou lapin, çui qui rencontre le chasseur il a de grandes chances de finir en terrine, franchement je sais pas si vous avez gouté de la terrine de marmotte, ben ça vaut le détour, on dirait du castor. Si vous avez jamais gouté du castor, ben c'est peu comme de l'okapi mais en plus proche du poulet. Enfin, bref, ça fait de bonnes terrines de montagne, celles avec des herbes et des campanules, tout ça. Et moi le matin j'ai la tronche de la terrine avec des poches sous les yeux couleur campanule (mais comment veux-tu).

C'est la faute au petit boulet, vraiment. Pasque bon, avec ses histoires de glairasses qui lui marinent dans les bronches, ben le Sigmund faut se le farcir malade à la maison. Enfin, se le farcir, je veux pas dire farcir comme une marmotte farcie, hein, que c'est une bonne recette des alpages, tu prends une marmotte pas trop grosse, tu la vides, tu remplis avec de la couenne de porc, du cantal, des herbes et tu fais rôtir au-dessus d'un feu de camp, non pas farci comme ça mais juste supporter. Pas supporter genre "allez, allez, Sigmund en force est arrivé, ho hisse enculé" non, mais supporter genre je peux plus le supporter. Mais si quand même, mais c'est crô fatiguant. La nuit on se réveille vingt-cinq fois parce qu'il a une toux de travers, et après pour se rendormir c'est macaque-dodo. A six heures et demi pétantes, juste avant que le réveil ne sonne, c'est l'heure du biberon, on peut même pas profiter du quart d'heure de grâce au chaud sous la couette, faut allez réchauffer un bibi au goût dégueulasse pour nourrir le fauve. C'est vraiment l'enfer.

La vie est trop difficile, voyez. Alors que les marmottes elles ont la belle vie, tranquilles comme des princes. Enfin, des princes qui habiteraient dans des terriers, mais bon. Non, elles ont la belle vie ces putains de marmottes, à ronfler et à folâtrer dans les alpages avec Heidi et Charles le Chamois (ou Basile le bouquetin, ou bien est-ce Isaure l'Isard ? Je ne sais plus) juste de temps en temps se faire un peu de thune en bossant pour la chocolaterie du coin, histoire de se payer un peu de pif pour accompagner le fromage qu'Heidi a tiré a ses parents adoptifs. Non vraiment les marmottes c'est rien que des sales parasites trop chanceuses, je trouve, sauf pour l'histoire de la terrine. Du coup si je pouvais me reconvertir en marmotte moi, j'hésiterais pas, hein, pasque là je sature un peu et je un peu crô fatigué, comme en témoigne le fil décousu de ce billet écrit sous tranquillisant (du chocolat aux noisettes que c'est mon tranquillisant).
Je me demande si les marmottes elles ont des bébés marmottes.
Ca doit être naze les bébés marmottes.