Ah ah ah. Amoureux mon cul. Transports en commun je voulais dire. Mais c'était moins bien comme titre. Quoi ? J'menfous. J'fais ce que je veux avec mes cheveux titres. Et même si je veux je mets un titre qui n'a rien à voir pour mon billet genre "Hermione meurt à la fin" pour un billet sur les qualités comparées des laits premiers ages. Ah ah ah. C'est pas vrai pour Hermione, enfin j'en sais rien, c'est la rumeur qui court, mais après tout on s'en fout. Harry Potter, je trouve ça naze. Enfin, pas le bouquin, hein, mais l'hystérie collective. Mais bon. On a les engouements qu'on mérite, j'veux pas faire mon moralisateur, mais Ingmar bergman est mort hier, alors bon il ne nous reste plus que Luc Besson. C'est pas grave. Sinon, j'aimerais bien connaître le Cambeo couchabébéox ! pour changer les couches tout seul, ou un truc genre Dormeo immedianto, bordelaqueuxe ! pour faire dormir les bébés. Ah ouais. Pasque bon. Qu'est-ce que je disais, déjà ? Ah oui les transports en commun. C'est pas gagné avec un bébé, hein. Faut pas croire.

Déjà bon, ce week-end fallait qu'on aille en banlieue, déjà rien que ça, ça me fout les jetons, hein, bon. Non mais vous avez regardé tf1 une fois rien que pour voir. La banlieue c'est rien que plein de racailles qui veulent t'égorger. Alors, hein. Mais bon, moi je crois pas ce que dit la une, alors en fait je sais que la banlieue n'est que riantes enfilades de verdures zonzonnantes de mille abeilles bucoliques et globalement plutôt cool. Sauf là où ça craint. Nân mais c'est pas le problème, j'ai l'esprit confus aujourd'hui, on jurerait que j'ai passé une mauvaise nuit, alors que tout était planifié scientifiquement pour une première nuit complète : horaire des biberons, tout ça. Et que quelque chose a foiré, où, je sais pas. Mais à minuit, trois heures et six heures, ben j'ai commencé à douter de la méthode scientifique, faut pas déconner, si ça se trouve la terre est plate. Ou alors c'est l'effet banlieue. Peut-être que Sigmund il est encore plus parigot que moi et que franchir le périph ça le rend malade, hein. Comme moi, en plus j'avais pas fait tous mes rappels de vaccins, si ça se trouve j'ai attrapé la dengue mon dieu je vais mourir dans d'atroces souffrances. Mais on s'en fout.

Ce que je voulais raconter avant de m'interrompre moi-même de manière très impolie, nân mais vraiment les jeunes de nos jours, hé oui pour moi-même je suis toujours jeune, même si de l'extérieur j'ai l'air d'avoir cinquante ans à cause des mauvaises nuits, in petto de l'intérieur de moi-même je me considère toujours très jeune genre je suis coiffé comme Duran-Duran et girls want to have fun, tout ça. Donc quand je m'interromps c'est la faute à la jeunesse qu'il y en a plus, et regardez-moi Madame Michu, ça finira drogué et compagnie. Y'a plus de jeunesse. Hein, quoi ? Je raconte n'importe quoi ? Mais on s'en fout. Quoi ? J'ai déjà dit ça dix fois depuis le début de ce billet décousu ("Mon billetd'blog est décousu, si ça continue on verra le fond de mon esprit tordu" genre la guerre des boutons ça nous rajeunit pas, c'était bien avant Duran-Duran) ? Ah ouais. On s'en fout.

Les transports en commun c'est pas fastoche avec une poussette. Faut passer dans les portillons avec ton billet et c'est méga-dur. Au début j'avais dit à Sigmund de se démerder, mais il faisait semblant de dormir, le sale bébé fourbe. Alors bon, faut trouver les espèces de grands portillons modernes qu'ils font maintenant où tu peux passer avec une poussette, mais y'en a pas dans toutes les stations alors faut choisir tes lignes et tes stations, c'est bien simple pour faire Nation-Gare du Nord on est passé par La Défense. Et à chaque portillon c'est une sorte de négociation sans fin avec l'aimable préposé à l'ouverture du portillon, dont le rôle principal est de vérifier qu'aucun resquilleur ne passera avec toi par cette porte largement ouverte pendant trois royales secondes. Genre, d'abord tu montres ton billet, le billet de ton conjoint, le livret de famille pour prouver que c'est bien un bébé de moins de quatre ans qui est dans la poussette et pas dix-huit resquilleurs basanés qui font semblant de sucer une tétine. Ensuite tu produis tes papiers pour faire voir que t'es bien français. Sinon le portillon se coince et te bloque en attendant que la police arrive. Bref. Ca tombe bien, on avait tous les papiers sur nous. Ensuite le gars il te demande d'avancer. Il surveille les alentours pendant une à deux minutes. Il te redemande ta carte d'identité pour être sûr. Mouais, ça m'a l'air d'aller, qu'il dit. Après il attend qu'il n'y ait personne dans un rayon de vingt mètres autour du portillon, pour éviter la resquille. C'est facile à Châtelet, genre à midi. S'il y a du monde, il te demande de les faire dégager, et éventuellement si tu as le temps, de contrôler leurs papiers. Bon. Faut faire preuve de patience, à ce niveau-là, hein. Après t'as le portillon qui s'ouvre avec un grincement, on dirait la porte du château de Dracula, et franchement, le vois caverneuse du gars à l'interphone elle dirait ""Ahahahahahaha, bienvenue en enfer, pauvres crédules ahah ahahahhah !" et ben ça me surprendrait pas plus que ça. Et après seulement tu peux y'aller jusqu'au portillon suivant, dix mètres après quand tu passes du métro au RER. Pffff.

Non mais franchement c'est un peu compliqué, hein. Ca serait pas possible d'enlever les contrôles et de faire confiance aux gens pour payer leurs billets, comme à Lyon ? Ils avaient déjà les vélib avant nous et ça marchait bien, alors pourquoi pas les portillons, hein ? Déjà qu'aller en banlieue c'est pas facile au niveau du vécu, mais si en plus y'a des portillons partout, on n'est pas rendu. Vous croyez qu'ils ont des portillons à Pouddlard, hein ? Macache, oui. Franchement la Chambre des Secrets par rapport au trajet Nation-Gare du Nord, c'est trop fastoche. Gagner la Coupe de Feu, c'est rien en comparaison de convaincre le gars du portillon que le bébé a bien moins de quatre ans. Harry Potter, Harry Potter, Harry Potter mon cul, oui. Amenez-le dans le RER avec un bébé, on verra s'il fait vraiment le mariole.

------
Désolé pour les allusions aux Duran-Duran, je sais que c'est illégal maintenant comme la majeure parties des eighties, on n'a pas le droit d'en parler. Bon je le ferai plus.