Vous avez jamais rêvé que vous faisiez dans vos brailles, vous, un jour de diarrhée hyper-forte ? Bonjour le cauchemar. Là, paf, comme ça dans le métro que t'as pris pour aller voir ton médecin traitant qui te traite (de simulateur en général, mais bon il est gentil le mien quand même des fois il me prescrit du sirop trop bon que j'aime) et comme t'es très malade à dégobiller avec le ventre qui te joue l'air de la Bamba en accéléré "Tu vas voir, je vais te lâcher, tu vas voir c'que tu vas voir, je vais te lâcher" (essayez de le chantonner sur l'air de la Bamba vous allez voir ça colle). Et t'as qu'une trouille, c'est de te répandre dans ton falzar devant tout le monde, la honte totale, absolue, on peut pas faire plus fort sauf si tu vomis en même temps genre excusez-moi ma dignité vient d'être agressée et tuée par un microbe misérable.

Et ben figurez-vous que les bébés et ben y s'en tapent complètement. Ils te chient au nez comme si ça gênait personne, et te démoulent la version couleur du blob comme ça froidement en te regardant dans les yeux (enfin, pas tout à fait vu que pour déféquer, généralement ils les ferment et deviennent aussi rouges qu'un coquelicot, mais crevé le coquelicot pasque bon l'odeur c'est pas ça). Non mais sans vergogne aucune, là les bébés. On croit rêver. Aucune dignité. En plus y font pas gaffe, ils en mettent partout, dès fois ça déborde des couches sur le pyjama que ça fait trois fois que tu le changes, la putain de sa mère de bébé maudit (à hurler les yeux rougis vers trois heures du matin dans la salle de bain ousque les voisins y entendent tout).

Bon du coup tu deviens vite hyper-fort pour changer les couches en quatrième vitesse. Le saut de lange que ça s'appelle. Pasque on va se laisser baiser par des sales bébés, quand même, on est plus malin que ça. Même s'ils mettent le paquet, comme cette petite enflure de Sigmund (oui, oui, mon propre fils, et quand je dis propre, j'me comprends) qui nous a fait le coup de la défécation canonnière que je savais pas que c'était possible, heureusement Angel nous avait tous prévenu et on avait orienté le Sigmund vers le mur en carrelage de la salle de bains, je vous jure il en a mis plus haut que la hauteur de table à langer berk dégueulasse. Tout ça avec un petit sourire d'ange content de lui que je me suis empressé de lui faire passer à coup de tétine. Donc le saut de lange devient une obligation pour garder un environnement relativement propre et toute sa santé mentale. C'est simple, je suis devenu le Philippe Candeloro du changement de couche (la santé mentale en plus, quand même), j'me fait des commentaires tout seul, hé oui splendide, triple tour de la couche avec boucle piquée et on enchaîne sur un quadruple lutz du tube de mytosil oh vraiment quelle grâce, quelle maîtrise, quelle puissance et quel dommage que le juge albanais ait jugé que cette petite faute de bouche "putain de bébé vérolé de mes deux couilles" valent trois points. On s'amuse comme on peut à trois heures du matin, hein, faut pas trop en demander non plus.

De toute façon c'est un complot des bébés pour nous emmerder, au sens propre. C'est rien que des nuisibles les bébés. Je veux dire, c'est quand même pas compliqué d'aller aux toilettes, non ? Mêmes les chats ils y arrivent, et pourtant c'est pas malin les chats (les chats c'est comme les bébés, c'est pas malin mais en même temps ça te regarde avec des yeux t'as l'impression qu'ils sont en communication radio avec le grand central du complot des chats pour qu'on leur indique la meilleur manière de te faire tartir). Nân mais le Sigmund si ça continue y va se les changer tout seul ses couches. Ou bien alors je vais te bricoler un nettoie-bébé automatique genre tu tiens ton bébé sous les aisselles, tu rentre le bas dans une machine où y'a des brosses et de l'eau sous pression, genre une sanisette en moins gros, et flouch ça te décamote le bestiau et ça te le reculottes automatiquement. Ouais, y'a peut-être un brevet à poser quand même sur cette histoire. Pasque les parents et les cacas de leur bébés, c'est quand une drôle d'histoire d'amour. Si c'était pas important, on en parlerait pas autant.

Bon par exemple Sigmund, ben la deuxième fois que je l'ai pris dans mes bras (la première c'était pour le ramener à sa maman après l'accouchement, une fois lavé, habillé et fraichement nourri de hareng) c'était pour lui torcher le méconium qu'on dirait du goudron. La classe ! Mon gamin c'est un fou de bassan mazouté par l'Erika ! J'suis trop content. Pour ceux qui connaissent pas le méconium c'est pas la peine de chercher sur gougueule, ça va vous dégouter pire qu'un bouchon muqueux, laissez tomber, c'est la poésie de la vie. Du coup j'étais bizarre quand au sentiment d'avoir un bébé, c'est vrai, franchement on te colle un fou de bassan mazouté dans les bras en t'intimant de t'en occuper pour les vingt prochaines années ben c'est normal tu renâcles un peu. Tu râles, tu revends tes actions Toutal. Même si bon faut bien reconnaître qu'un petit fou de bassan c'est drôlement mignon avec ses petites papattes et son petit bec jaune. Mais bon c'est comme ça, va falloir s'y faire, on est dans le caca pour des années.
Pas grave, ça me donne une excuse pour régresser au stade anal dans mes billets.